EPB

Qu'est-ce que la PEB ?

PEB est l'abréviation de performance énergétique des bâtiments. La réglementation PEB impose des exigences pour limiter la consommation énergétique des bâtiments et optimiser le confort intérieur. Ces exigences PEB ont été introduites en Belgique via une directive européenne sur la PEB qui a été approuvée dans le cadre du protocole de Kyoto (dans le but de limiter l'émission de gaz à effet de serre).

Les exigences imposées portent principalement sur l'isolation, les installations techniques, la ventilation et la surchauffe.

Quand un projet de construction est-il soumis à la PEB ?

En résumé, un projet est soumis à la PEB lorsqu'un permis d'environnement (permis de bâtir ou avis de travaux) est demandé pour un bâtiment qui est chauffé ou refroidi. Dans le cadre de ce permis, les éventuels travaux non soumis au permis d'environnement sont soumis aux exigences PEB.

En cas de doute quant à savoir si votre projet doit satisfaire ou non à la réglementation en matière de performance énergétique, vous pouvez toujours utiliser le guide PEB. Grâce à un certain nombre de questions à choix multiple, vous vérifiez à quelles exigences le projet doit satisfaire ou non. Ces exigences dépendent de l'année de la demande de permis de bâtir, de la nature des travaux (nouvelle construction ou rénovation) et de la destination/fonction du bâtiment (logement, bureaux, récréation, etc.).

Quand un rapporteur PEB est-il obligatoire ?

Il faut désigner un rapporteur PEB pour chaque projet soumis à la PEB. Et ce n'est pas n'importe qui. Le rapporteur PEB doit être agréé par la Vlaamse Energieagentschap (VEA). L'établissement de rapports PEB requiert notamment des connaissances professionnelles suffisantes et une formation continue.

Pour faire appel à Struktuur pour l'établissement de rapports PEB, cliquez ici .

Dans quelle phase de construction faut-il désigner un rapporteur PEB ?

Idéalement avant le début des travaux. Cela permet, si nécessaire, d'apporter des adaptations à temps. 

Que fait le rapporteur PEB ?

Le rapporteur PEB effectue un premier calcul PEB sur la base des plans architecturaux et des techniques proposées. Ensuite, il est tenu de rendre une fois son avis par écrit sur la réalisation des exigences PEB. En outre, il peut également rendre un avis afin d'obtenir un concept énergétique optimal.

Au début des travaux, le rapporteur PEB introduit la déclaration de commencement sur la base de ce premier calcul. Le résultat n'est pas contraignant.

Au terme des travaux, le rapporteur PEB établit la déclaration PEB finale. Le maître d'ouvrage est, en tant que personne soumise à déclaration, responsable de la collecte de tous les justificatifs susceptibles d'étayer la réalisation effective des travaux de la déclaration PEB. 

Qu'est-ce que le niveau E ?

Le niveau E indique l'efficacité énergétique d'un bâtiment. Plus le niveau E est bas, moins le bâtiment est énergivore.

Le niveau E et la consommation énergétique calculée ne sont toutefois qu'indicatifs. Ils ne correspondent donc pas exactement à la consommation énergétique réelle d'une habitation. Dans l'étude PEB pour les habitations, il n'est notamment pas tenu compte de la consommation des appareils ménagers, de l'éclairage, etc. La consommation réelle varie dès lors d'un ménage à l'autre.

Comment le niveau E est-il calculé ?

Pour calculer le niveau E, il est tenu compte de nombreux facteurs différents. Globalement, le niveau E dépend de la conception du bâtiment (orientation, efficience de la forme), de l'enveloppe du bâtiment (isolation, étanchéité à l'air, surfaces vitrées) et des techniques prévues (chauffage + eau chaude sanitaire, ventilation, éventuel refroidissement et panneaux solaires/boiler solaire).

Toutes ces données sont introduites dans le logiciel PEB, qui calcule ensuite la consommation énergétique théorique. On obtient le niveau E en comparant cette consommation énergétique à la consommation énergétique d'un bâtiment de référence.

Comment réduire le niveau E ?

Le niveau E dépend de la conception du bâtiment (orientation, efficience de la forme), de l'enveloppe du bâtiment (isolation, étanchéité à l'air, surfaces vitrées) et des techniques prévues (chauffage + eau chaude sanitaire, ventilation, éventuel refroidissement et panneaux solaires/boiler solaire). Des adaptations à chacun de ces niveaux permettraient donc d'améliorer le niveau E. Tous les éléments ne sont toutefois pas pris en considération de la même façon.

Ci-dessous, nous formulons quelques suggestions pour un niveau E inférieur :

· Conception compacte : plus une habitation est compacte, plus les superficies de déperdition par lesquelles la chaleur peut s'échapper sont petites et plus la consommation énergétique est basse.

· Isolation thermique de l'enveloppe du bâtiment : en isolant les murs, la toiture et les sols, vous gardez la chaleur à l'extérieur en été (ou à l'intérieur en hiver). Les propriétés isolantes des fenêtres et des portes jouent aussi un rôle à ce niveau.

· Enveloppe du bâtiment étanche à l'air : même dans le cas d'une enveloppe du bâtiment bien isolée, de la chaleur peut encore s'échapper. Un mesurage de l'étanchéité à l'air (ou blowerdoortest) vous permet de déceler les « fuites d'air » (fentes et fissures). Ce test n'est pas obligatoire, mais en fonction du résultat, il vous permet de gagner jusqu'à 10 points de niveau E.

· Orientation et entrée du soleil : la valeur d'isolation des profils et du vitrage des fenêtres a une influence sur le niveau E, tout comme leur orientation et leurs dimensions. En règle générale, plus il y a de verre au sud et plus les surfaces vitrées sont grandes, plus l'impact sur le niveau E est important.

· Chauffage : le niveau E est déterminé par le type de chaudière, le type de réglage et le mode de création de l'eau chaude sanitaire (ECS).

· Ventilation : la construction de bâtiments étanches à l'air va de pair avec la ventilation. Pour le niveau E, le type de système de ventilation joue un rôle, et plus particulièrement la consommation, le débit et la qualité de l'appareil.

· Énergie renouvelable : l'installation de panneaux solaires ou d'un boiler solaire génère toujours une baisse du niveau E.

Qu'est-ce que le niveau S ?

Le  'niveau S' (pour 'schilpeil', c.-à-d. le niveau de l'enveloppe, que l'on appelle aussi l'indicateur de l'enveloppe du bâtiment) exprime l'efficacité énergétique de l'enveloppe complète du bâtiment. Il s'agit d'un chiffre global qui évalue toutes les qualités énergétiques des différentes parties de l'enveloppe du bâtiment de manière équivalente (tant les bénéfices que les pertes).

Le niveau S remplace le niveau K et les besoins énergétiques nets pour le chauffage. Le but est de déplacer l'accent des techniques vers la limitation de la demande d'énergie.

Le niveau S vaut par unité de logement. Chaque appartement dans un immeuble d'appartements a donc son propre niveau S.

Comment réduire le niveau S ?

Les principaux paramètres pour un niveau S réduit sont le niveau d'isolation, l'étanchéité à l'air, la taille et l'efficience de la forme du bâtiment, l'orientation des fenêtres et le type de vitrage.

Il est possible d'améliorer le niveau S en réfléchissant au cours de la phase de conception à chacun de ces paramètres (dans le cas d'une nouvelle construction) ou en y investissant par la suite (dans le cas de rénovations).

· Efficience de la forme : un habitat ouvert est moins efficient sur le plan de la forme qu'un habitat semi-ouvert ou fermé. La Vlaams Energieagentschap (VEA) conseille d'atteindre une efficience de la forme d'au moins 0,70.

· Niveau d'isolation : le niveau S de l'enveloppe du bâtiment est déterminé par le degré d'isolation et la présence du plus grand nombre possible de nœuds constructifs acceptés PEB.

· Étanchéité à l'air : la présence de fentes et de fissures permet à l'air froid de s'infiltrer et à la chaleur de s'échapper. Cela peut créer tant des courants d'air que de la condensation, ce qui entraîne, à son tour, la formation de moisissures. Vous pouvez éviter ces problèmes par une construction étanche à l'air, avec un niveau S inférieur pour conséquence. Pour connaître le degré d'étanchéité à l'air de votre habitation, il est conseillé de réaliser un test d'étanchéité (ou blowerdoortest).

· Gains de chaleur dus aux apports solaires : ils peuvent être positifs en hiver, mais aussi entraîner une surchauffe en été. Il est donc indiqué de consacrer une attention suffisante à la taille, à l'orientation et au type de vitrage. Prévoyez l'ombrage (fixe ou mobile) nécessaire. L'inertie thermique de l'enveloppe peut aussi avoir une influence sur la lutte contre la surchauffe (en été) ou le maintien de la chaleur (en hiver). 

Abonnez-vous à notre bulletinBulletin d'informations
Demandez un devis gratuitAppel d'offres